Enquête et plan d’action Qualité de vie au travail à l’Institut Mines-Télécom

Établissement public d’enseignement supérieur, l’Institut Mines-Télécom regroupe 13 écoles d’ingénieurs et de management. Il constitue ainsi une des toutes premières forces dans l’enseignement supérieur et la recherche en ingénierie en France.

Problématique :

Les deux écoles de l’Institut situées sur le campus d’Evry ont décidé, avec le concours des représentants du personnel, de mettre en œuvre une étude sur « le bien-être au travail ». Cette enquête menée auprès de l’ensemble des agents et salariés permettra d’évaluer la qualité de vie au travail des agents et salariés, et de définir les actions à mener pour la préserver et la développer.

Le succès de la démarche reposera sur 4 facteurs clés :

  • l’implication et l’association de l’encadrement tout au long du processus,
  • la mise en œuvre d’actions de communication,
  • la transparence nécessaire à la compréhension et au partage du projet,
  • la mise en œuvre rapide d’actions correctives.

 Intervention :

L’action de Reor se déroule en trois phases distinctes :

  • la rédaction du questionnaire qui sera soumis à l’ensemble des agents et salariés,
  • l’analyse des réponses,
  • l’élaboration d’un plan d’action destiné à améliorer la qualité de vie au travail.

Un groupe projet constitué d’agents et salariés issus de différents métiers est mandaté afin d’accompagner cette démarche. Avec l’aide d’un consultant Reor, son rôle consiste dans un premier temps à élaborer le questionnaire support destiné à être adressé à l’ensemble des salariés et agents du campus d’Evry.

Le questionnaire est ensuite envoyé aux 433 personnes travaillant sur le campus d’Evry.  Chacun peut le remplir de manière anonyme. 

Résultats :

60% des personnes interrogées répondent au questionnaire, ce qui constitue un premier succès. L’analyse des réponses par le cabinet Reor permet de mettre au jour non seulement des points d’amélioration, mais également de nombreux points positifs tels que le sentiment d’une forte autonomie dans le travail, celui d’un respect partagé entre collègues, ou la fierté de travailler dans un environnement d’enseignement et de recherche.

Les réponses à l’enquête permettent au groupe projet de proposer à la direction 17 actions à mener.

Les actions retenues  sont organisées en trois catégories : les actions à mettre en œuvre à court terme, avec des résultats visibles rapidement, les actions nécessitant une réflexion supplémentaire mais à démarrer dans les mois à venir, les autres actions à mener à plus long terme.

Très rapidement, des actions sont réalisées dans les domaines de la communication interne, la concertation entre les écoles dans l’usage des ressources, l’affirmation de l’importance du « bien-être au travail » et l’amélioration de l’environnement de travail.

Domaine relatif à cette intervention :

Santé, sécurité, qualité de vie au travail

 

Share